POUR BIEN MOTIVER, SOIGNEZ LA LIVRASON

Et si pour bien motiver il fallait soigner la livraison…….Tout programme de stimulation doit comporter une récompense. Mais pour que cette stimulation devienne une motivation durable, le premier élément a prendre en compte est probablement la Livraison de la récompense . De cette dernière dépendra énormément de choses qui auront dans l’avenir proche et moins proche des conséquences importantes sur la motivation de vos troupes:

- La durée du sentiment de récompense

- L’importance que l’équipe accordera aux futurs challenges

- Le sentiment de considération

- La durée du souvenir

- L’estime de soi

- Le sentiment de faire partie d’une équipe

- Le respect ressenti pour l’équipe

Et soigner la livraison cela ne se décrète pas au moment de la livraison, cela s’organise totalement en amont , idéalement depuis la conception du programme de stimulation . Cela comporte bien des aspects qui ne sont pas forcément évidents au premier abord :

- Livraison rapide de la récompense après les résultats connus

- Choix de la récompense qui doit être aussi extraordinaire que possible

- Animation autour de la récompense pendant toute la durée du programme

- Mise en scène de la livraiso

- Originalité et acceptabilité de la récompense et de sa livraison

- Personnalisation à outrance de la livraison

Tous ces facteurs et bien d’autres, feront la différence entre un programme qui dépassera vos espérances et un qui vous laissera un gout d’inachevé. Le montant des récompenses est bien sur un facteur déterminant à la base, mais si vous ne soignez pas votre livraison vous n’en aurez pas pour votre argent, alors qu’avec de l’attention aux détails et aux personnes que vous animez, vous démultiplierez la puissance de votre investissement.

Pour y parvenir faites appel à des professionnels , contactez nous rduchamp@promostim.fr

 

OURS ou SAUMON

Les commerciaux se définissent généralement comme des ours.

En fait, tout cadre avec un tant soit peu d’ambition en voyant cette photo se définira comme un ours, personne ne veut être saumon.Et pourtant dans les entreprises comme dans la nature les grands prédateurs sont en haut de la chaine alimentaire et sont très peu nombreux .
La plupart d’entre nous passe la majeure partie de son temps à être Saumon , ce qui génère chez nous énormément de frustration et d’incompréhension au moment où l’Ours nous attrape . L’incompréhension croît avec le niveau de protection sociale donné aux employés. C’est comme si tout au long de notre vie, le poisson carnassier que nous sommes est protégé et mis en valeur , même si la société protège aussi de plus petits poissons contre notre appétit naturel ; notre environnement contrôlé et aseptisé nous laisse penser que nous sommes haut dans la chaine alimentaire. Nous avons un parcours professionnel balisé , études supérieures, positions juniors positions intermédiaires, pour les meilleurs positions seniors, un peu comme la vie du saumon : du lieu de ponte en rivière au grand large et retour pour frayer, se reproduire et mourir . Si on compare cette reproduction sur son lieu de naissance à la retraite tant espérée et qui semble être le paradis sur terre pour tant de personnes, l’Ours en fait est l’employeur qui nous licencie à 50 ans . Comme dans la nature , tous les saumons ne sont pas croqués par l’ours , et sur le nombre la grande majorité arrive sur le lieu de fraie , de même que bon nombre de cadres arrivent à la retraite .
Le secret de la réussite et du bonheur réside peut être dans la compréhensions de ce que nous sommes , dans l’acceptation des règles du jeu, et dans une connaissance de notre environnement qui nous permettent d’anticiper les pièges sur le chemin , et nous donnent plus de chances d’éviter l’ours. La plupart des cadres moyens et supérieurs sont convaincus d’être des ours, et ils jugent cela à l’aune de leurs responsabilités et de leur salaire . Malheureusement cela n’est pas une indication de leur statut d’ours, seulement de la taille de saumon qu’ils sont , et tel l’ours qui ciblera nécessairement les plus gros saumons pour se nourrir , l’employeur ciblera les inadéquations de rendement quand il décidera d’alléger sa masse salariale, or plus vous êtes haut dans la hiérarchie, plus vous coûtez cher et plus cette équation de rendement est difficile à prouver.
En comparaison, qu’ils soient gros ou petits , ours ou saumon , les entrepreneurs vivent beaucoup mieux le passage de la cascade. Il n’y a pas plus d’ours chez les entrepreneurs que chez les cadres , mais il y a plus de saumons conscients des dangers et vigilants , car ils ont été beaucoup moins protégés depuis le début.
En conclusion, ne vous voyez pas plus beau que vous êtes , et acceptez que tout change et évolue, et que si vous n’êtes pas vigilants et à l’écoute de l’image que les autres ont de vous, vous resterez sur le bord de la route, ou pour rester dans notre métaphore , vous servirez de repas au Grizzli . Cela vaut aussi pour les ours, car savez vous ce que mange le grizzli quand il n’y a pas assez de saumon , …… Un grizzly plus petit que lui !

UNE STIMULATION RESPONSABLE POUR UNE MOTIVATION DURABLE

 

L’incentive sociétal et responsable c’est bien, une stimulation responsable pour une motivation durable c’est mieux

En terme de tendance on assiste à deux lignes de force en ces temps de crise.

Le besoin de faire du team building. Les équipes n’ont pas le moral. Les variables sont à la baisse quand ils n’ont  pas totalement disparu .  Et Donner du sens à la récompense ou au séminaire de team building . La misère des autres relativise notre précarité et nos petits soucis passagers d’une part, et donner du sens ou une finalité est vraiment une demande des employés d’autre part.

Cette démarche fonctionne et obtient d’assez bons résultats. Mais attention, sur le long terme elle ne crée pas forcément une motivation durable. Si les éléments motivationnels ne sont pas au rendez-vous, le soufflet retombera assez vite. La finalité de la récompense est un des éléments d’une stimulation responsable, pas le seul. Faire travailler les cadres sur un chantier caritatif, sert correctement le team building et la politique RSE de l’entreprise . Mais si les objectifs sont quantitatifs , top down et irréalistes de surcroit, alors la motivation ne sera pas forcément au rendez vous.

Ce sera l’association de tous les éléments de la stimulation responsable:

Respect de la législation sociale

Objectifs d’apprentissage

Cooptation des objectif

Suivi et retour d’expérience

Appropriation

Donner du sens et une finalité à la récompense

Ce dernier point est important mais il doit être du fait de l’équipe pas de l’ entreprise. C’est une conséquence du processus en aucun cas une cause. Ce doit être induit dans le processus de suivi mais aucunement imposé par l entreprise.

Attention l’enfer est pavé de bonnes intentions, et le diable se cache dans les détails.

Management : l’interculturel se cimente autour des valeurs fortes de l’entreprise

 

Dans un environnement social et sociétal changeant, l’entreprise doit aujourd’hui faire travailler ensemble des profils variés. Pas si simple quand il existe une rupture entre certaines convictions personnelles et le management.

Pour gérer la diversité, l’entreprise peut s’inspirer du modèle laïc républicain qui soude les citoyens autours de valeurs communes. En fédérant les équipes autour de valeurs fortes, le principe fait ses preuves au travail également.

Il y a deux ans, le licenciement d’une employée de crèche pour port du voile pendant ses heures de travail avait fait grand bruit. Selon Régis DUCHAMP, PD-G de Promostim, spécialiste de l’animation, de la motivation et de la stimulation en entreprise :  » Si la crèche avait pris le temps de définir ses valeurs en amont et avait appliqué un système de sélection comportementale à l’embauche, cette situation aurait pu être évitée en comprenant que l’employée était en rupture avec les valeurs de l’entreprise « .

Par ailleurs, comme le rappelle Régis DUCHAMP,  » La loi ne peut pas gérer tous les aspects des relations employeur-employés. Qui plus est, l’article 18 de la déclaration universelle des droits de l’homme protège la liberté de culte et la liberté de manifester sa religion. L’entreprise étant un espace privé, ce principe s’y applique « .

Dans ce contexte, une approche pertinente de l’interculturel en entreprise consiste à s’inspirer du modèle Républicain soudé autour des valeurs fortes. La clé pour accorder tout le monde sur les bons comportements au travail : énoncer clairement des valeurs fortes d’entreprise et s’assurer que les collaborateurs les partagent. Ces valeurs deviennent le ciment commun au sein des équipes et prennent le pas sur les diverses convictions personnelles.  » La définition des valeurs d’une entreprise est vitale à son bon fonctionnement. Cette définition doit être exhaustive fruit d’une vraie réflexion. Il est possible de se faire accompagner dans cette démarche «  souligne Régis DUCHAMP.

Une entreprise aux valeurs claires peut dès l’embauche accorder son diapason avec ses candidats. Régis DUCHAMP ajoute :  » Les valeurs de l’entreprise doivent être le seul filtre au moment de l’embauche. Il est capital que ce que propose l’entreprise fasse partie de l’échelle de valeur des candidats pour éviter toute rupture ».  Bien appliqué et doublé d’un système de sélection comportementale, ce concept permet de faire monter à bord des employés d’âges, de sexe, de race, de religions différents qui travailleront très bien ensemble dans un bon état d’esprit.

Grand jeu de Noël sur la boutique Record Card: « le Jeu des Montres « 

lotoDesMontres_20131121_1127

REGLE DU JEU
Du 1er au 30 Novembre 2013, les participants des challenges organisés par Recordcard pourront, dès lors qu’ils auront passé une commande cadeaux, participer au « Loto des Montres ».
Comment faire pour participer ?
Accès au tirage : Pour obtenir un droit à découvrir une case du « Loto des
Montres », il faut avoir passé sur internet une commande finalisée et validée de 3000 points minimum dans la boutique cadeaux (par marque ou par famille). Le droit à jouer est matérialisé par un jeton. .Après validation d’une commande de 3000 points minimum, le bénéficiaire recevra un mail de confirmation de son droit à jouer.
Pour utiliser ce droit et accéder à la grille du tirage, le bénéficiaire peut cliquer sur le bandeau du jeu ou sur le jeton présent sur la page d’accueil du site. Lors du tirage, si une montre est découverte, elle représente un lot qui sera envoyé au participant. Si la case vire au rouge, elle est perdue.

COMMENT PROMOSTIM SE DISTINGUE SUR LE MARCHE :

3 questions à Régis Duchamp, président directeur général
130423 chemise NB LD identité
36 ans d’existence : un argument qui fait mouche auprès des clients ?
Peu de sociétés dans notre domaine ont démarré dès les années 70, ce qui nous donne une légitimité indéniable. Notre mission nous amène de plus à entrer pleinement dans la vie de l’entreprise. Confiance, qualité du conseil et accompagnement s’avèrent impératifs, notre expérience les garantit. Nous avons travaillé avec plus de 250 sociétés à ce jour. Nos clients sont très fidèles, depuis plus de 20 ans pour certains, dont des grands noms de l’automobile, de la distribution ou des biens de consommation.

Quasi unique à son lancement, comment se positionne aujourd’hui votre offre face à la concurrence ? Nous concentrons 3 métiers. Nous savons conseiller les meilleures modalités d’une campagne. Nous créons les outils informatiques et sites dédiés pour restituer les résultats et les gains. Enfin, nous gérons un catalogue de plus de 2000 références jusqu’à livraison et gestion des plaintes si besoin. Les autres prestataires se concentrent en général sur un seul de ces créneaux. Notre offre s’avère donc rare car clé en main avec, toujours, le conseil en filigrane.

Comment garder une longueur d’avance ?
Nous avons un « devoir d’inventivité » ! Prenons l’exemple du catalogue de récompenses. Actuellement, les valeurs humanitaires et éco-responsables s’affirment.Nous proposons aux participants de donner une partie de leurs gains à des associations caritatives.Nous prolongeons la démarche avec des voyages dans les pays où œuvrent ces associations: les gagnants partent sur le terrain à leurs côtés. Une façon innovante d’accrocher, en saisissant les tendances du moment.

Forces de vente : Promostim révèle les primes et récompenses les plus efficaces

Si bons d’achat et voyages ont encore de beaux jours devant eux dans les récompenses des commerciaux, d’autres formats leur emboîtent le pas.
Promostim, spécialiste de l’animation des forces de vente, détecte les primes et récompenses de nouvelle génération. Elles répondent à des valeurs montantes dans l’entreprise.
Tour d’horizon avec Jean-Paul Bachot, DGD de Promostim.

La récompense décrochée par des commerciaux qui atteignent ou dépassent leurs objectifs reste une importante pièce du puzzle motivationnel. Les bons d’achat, entre autres, font depuis longtemps partie des récompenses prisées. Toutefois, pour conserver leur attrait, il convient d’ajuster leur utilisation et d’envisager d’autres formats.

« Une récompense doit garder un caractère exceptionnel »
La tentation reste grande : les ayant droits les réclament car ils facilitent leur quotidien – entre autres sur l’alimentaire ou le carburant.  » Ce profil de récompense est vite pris pour acquis et finit par passé inaperçu. En termes de motivation, ce scénario devient contreproductif. La récompense doit toujours marquer les esprits sur le long terme. Elle doit proposer une expérience hors de l’ordinaire » .

Dès lors, d’autres formats s’avèrent très efficaces pour motiver les équipes en misant sur l’originalité et sans budget astronomique. Un exemple: un dîner dans un restaurant haut de gamme, avec service VIP.  » Pour quelques milliers d’euros, ce format offre un moment inoubliable à l’équipe. En d’autres termes elle les marque pour longtemps. Le signe d’une récompense à fort impact » .

Il faut éviter l’excès dans la monétisation. La pression de vos ayants droits est surement très forte pour des récompenses sous forme de bons d’achat multi- enseignes. La tentation reste grande, les ayants droits les réclament car cela correspond à un accroissement réel de leur pouvoir d’achat, et pour l’entreprise c’est une facilité. Ce profil de récompense est vite considéré comme un acquis et finit par passer inaperçu. En termes de motivation, ce scénario devient contreproductif, car la récompense ne correspond qu’aux deux premiers échelons de la pyramide de Maslow. La récompense doit toujours marquer les esprits sur le long terme. Elle doit proposer une expérience hors de l’ordinaire et elle doit correspondre à un lien émotionnel fort entre le donateur et le receveur

De nouvelles tendances se dessinent :
Un premier axe consiste à combiner des objectifs collectifs à des récompenses individuelles dans un challenge commercial. Ce duo fonctionne bien avec les nouvelles générations: elles tendent à fonctionner en tribu, sans sacrifier un certain individualisme.

Autre grande tendance de fond: l’intérêt pour des récompenses de type caritatif. Les ayant droits peuvent choisir de reverser une partie de leur récompense à une association. L’entreprise peut capitaliser sur cet engagement plus avant pour en faire une démarche à l’échelle de toute l’entreprise. Elle dépasse ainsi la seule motivation de ses commerciaux et crée une vraie aventure humaine avec tout son effectif. Encore rarement mis en place, ce type de récompense devrait se développer au vu de l’intérêt qu’il suscite en ce moment.

PROMOSTIM PASSE LA MOTIVATION DES FORCES DE VENTE AU 3.0

PROMOSTIM, spécialiste des campagnes d’animation de réseaux de vente, adapte son conseil motivationnel aux évolutions constatées par les entreprises. Le temps où la seule récompense suffisait à motiver est révolu.
Aujourd’hui, les nouvelles générations d’employés attendent que l’entreprise donne un sens aux challenges qui leur sont proposés.
La clé de cette motivation 3.0 : les encourager à s’approprier le projet.

De longue date, la formule pour doper les performances d’une force de vente a consisté à la stimuler pour déclencher sa motivation. Rien de simple pour autant : la stimulation évolue avec les valeurs montantes. Il est impératif de les saisir pour savoir tirer le meilleur d’une équipe de vendeurs. Actuellement, les acteurs d’un challenge doivent se l’approprier et le digérer. Il ne suffit plus de leur proposer un projet déjà formaté. La motivation, jusque-là extrinsèque, se veut à présent intrinsèque.

Pour décoder et appliquer ces nouvelles règles du jeu, PROMOSTIM propose à ses clients de partir d’une analyse motivationnelle de leur équipe. Elle permet d’évaluer son adhésion au message de l’entreprise. Un écart entre les valeurs affichées par la direction et les valeurs réelles perçues? Des collaborateurs qui parlent d’ « eux » et non pas de « nous » quand ils évoquent l’entreprise ? Autant de signes de rupture entre la direction et ses employés. Une stratégie de motivation 3.0 permet une réconciliation autour d’un challenge, en misant à chaque étape sur l’implication de tous :

Il faut laisser les acteurs fixer leurs objectifs : lorsqu’ils décident eux-mêmes de leurs objectifs, les commerciaux sont souvent très ambitieux, voire plus que leur propre direction. Ces objectifs doivent comporter un acquis en termes d’apprentissage. L’idée: « si nous visons telle volumétrie, que nous manque-t-il pour y arriver ? « . Cette question met à jour les manques d’apprentissage, donc ce qu’il reste à acquérir. Parce que chacun contribue au bénéfice du groupe, chacun s’approprie le projet. Une dimension intrinsèque clé dans la motivation 3.0

Grâce à ces objectifs d’apprentissage, le projet se suffit en soi et se développe pour devenir autotélique. Dès lors, la récompense ne représente plus à elle seule la stimulation. Elle apporte un plus que le groupe définit pour « se faire plaisir » s’il relève le challenge fixé. A cette étape, l’animateur doit assurer une cohérence avec les objectifs, garante de crédibilité. Quitte à réajuster un peu le challenge.

Le suivi d’un challenge 3.0 doit se faire de façon informelle, par exemple en le confiant à un animateur extérieur. Si le suivi de l’objectif volumétrique peut se contenter d’une approche mécanique, celui des objectifs d’apprentissage nécessite un partage des difficultés, des bonnes idées et pratiques. L’entre-aide au sein du groupe donne souvent des résultats impressionnants.

Une fois le challenge terminé, les résultats indiquent s’il a été totalement ou partiellement réussi. C’est également le moment de discuter de la transformation de la récompense. Il sera utile de suivre ces objectifs, en parallèle de ceux nouvellement fixés, au moins sur une année supplémentaire et avec l’apprentissage comme seule récompense. Ainsi, la motivation s’inscrit dans le temps et porte ses fruits sur le long terme.